Conseils techniques de grands professionnels à appliquer pendant l'hiver

Publié le par PSO

Quelques conseils techniques glanés sur le WEB, fournis par des professionnels évoluant sur les circuits ou assurant des formations et des stages.

 

Voici les 8 termes abordés dans cet article :

 

1      Assurez vos petites approches depuis le rough

2      Trouvez le bon équilibre

3      Chippez comme vous puttez

4      Comment réussir une longue sortie de bunker

5      Comment soigner une crise de socket

6      Putting : stop aux coups de poignet !

7      Bien frapper une balle en montée

8      Comment bien frapper une balle en descente

 

1         Assurez vos petites approches depuis le rough

Anthony Maublanc, ancien pro sur le circuit,

 Une balle reposant dans un petit rough, près du green, est souvent source de frustration, voire d'irritation. Soit le joueur a tendance à décélérer avant l'impact, avec une gratte à la clé. Soit, au contraire, il se crispe, donne trop d'amplitude au mouvement et la balle file derrière le green. Bref, tout est une question de dosage et de relâchement. Le principe : prenez un sandwedge, stance légèrement ouvert, et réalisez un swing très court, très sec, poignets bloqués,  en arrêtant votre mouvement rapidement après l'impact. Dernier conseil : trouvez un point de chute assez proche sur le green car la balle aura tendance à prendre un effet de top spin et roulera davantage que sur un coup classique.

2         Trouvez le bon équilibre

Jean-Nicolas Billot, pensionnaire du Challenge Tour

 Tous les joueurs moyens, voire les bons joueurs, sont à la merci d'un top ou d'une gratte susceptible de gâcher leur partie. Pour combattre ce fléau golfique, il faut travailler à la fois la vitesse, la coordination et l'équilibre de votre swing. Pour cela, un petit exercice simple au practice : prenez un fer, de sandwedge à fer 7, mettez-vous à l'adresse, reculez votre pied droit (pour les droitiers) et frappez ainsi la balle, sans bouger les pieds à l'impact, en vous focalisant sur la coordination bras/corps. Cette position vous forcera à effectuer un mouvement plus fluide, moins heurté, avec à la clé une balle parfaitement frappée. Il ne vous restera plus, ensuite, qu'à reproduire le même swing sur le parcours pour gagner quelques précieux points .

 

3         Chippez comme vous puttez

Renaud Guillard, ancien pensionnaire de l'Alps Tour et du Challenge Tour

Quel gâchis... Vous arrivez tranquillement en bord de green et vous ratez complètement votre approche. En cause, bien souvent, trop d'action des mains et des poignets, ainsi qu'un mouvement trop circulaire. Pour corriger ce défaut, il suffit de mieux contrôler la course de votre club en simplifiant au maximum le mouvement. Pour cela, prenez le fer plus bas en adoptant un grip de putting, réduisez la pression des mains sur le club et faites un mouvement semblable à un put sur le green. Il ne reste plus qu'à soigner le dosage et le tour est joué !

 Renaud Guillard est également l'auteur d'un ouvrage intitulé « Golf : 110 exercices et conseils de pro » paru aux éditions Amphora (ed-amphora.fr ).

4         Comment réussir une longue sortie de bunker

Alexandre Kaleka, l'un des grands espoirs du golf français, vainqueur de l'Open de Lyon

Une sortie de bunker avec un drapeau assez éloigné, entre 15 et 30 mètres, est l'une des situations les plus délicates à négocier, même pour un pro, car beaucoup de paramètres rentrent en compte. Un professionnel aura du mal à trouver la bonne longueur. Un amateur, lui, risquera surtout un top, avec la perspective de rester dans le bunker. Mon conseil : par rapport à une sortie classique, mettez davantage le poids du corps sur la jambe gauche (pour les droitiers) et fermez davantage la face de club, le stance légèrement ouvert. Ensuite, réalisez un mouvement plus ample, puis faites entrer la tête de club dans le sable quelques centimètres derrière la balle. Mieux vaut prendre trop de sable que pas assez. Enfin, ne vous crispez pas et accélérez bien à l'impact afin de ne pas rester.... ensablé ! ».

5         Comment soigner une crise de socket

Didier Audin, pro à Méribel et organisateur réputé de stages de golf

Dans un premier temps, il s'agit d'identifier l'origine du mal. Pour cela, placez deux balles à 4 cm d'intervalle. Si, lors de l'impact, le club touche les deux balles, il s'agit bien d'une crise de socket. Maintenant, le remède. Contrairement à bien des idées reçues, la socket n'est pas dû à un mauvais positionnement du corps par rapport à la balle. L'origine se trouve souvent en haut de la montée. Le bras gauche se désolidarise du pectoral gauche et le club s'ouvre trop tôt. En prenant soin d'avoir une montée plus compact, bras connecté au corps, vous combattrez efficacement ces satanées sockets !

6         Putting : stop aux coups de poignet !

Jean Merle, l'un des pros les plus expérimentés

 Quel dommage. Encore un put facile raté en raison d'un vilain coup de poignet à l'impact. Un des maux récurrents chez les golfeurs amateurs qu'il convient de soigner de manière efficace avec un petit exercice très simple au putting-green. Le principe ? Pour faire disparaître tout mouvement parasite au niveau des épaules et des poignets, adoptez un grip très léger, comme si vous preniez un oiseau dans la main, en évitant toute crispation. Dans un second temps, prenez votre alignement, puis effectuez votre montée de putting traditionnel et, une fois la balle tapée, détachez la main droite du putter pour finir votre mouvement uniquement avec la main et l'épaule gauche. C'est uniquement le dos de votre main gauche qui doit donner la bonne direction à la balle. De cette manière, la balle n'aura plus tendance à filer sur la gauche du trou et vous gagnerez quelques précieux points sur les greens.

7         Bien frapper une balle en montée

Olivier Raynal

Un coup en montée n'est pas trop compliqué à négocier, à condition de connaître les bons principes. La priorité, se positionner de telle manière que vos épaules se retrouvent parallèles à la pente, avec le poids du corps sur la jambe arrière. Dans cette position, le club sera plus ouvert, d'où la nécessité de rajouter un ou deux clubs, selon l'importance de l'inclinaison car la balle va s'élever davantage. Par ailleurs, comme le mouvement va se faire essentiellement sur la jambe arrière, la rotation se fera « plus tôt » par rapport à la position de la balle, et le club va se refermer envoyant la balle vers la gauche (hook). Il est donc important de choisir une cible (et de s'orienter) plus vers la droite de votre objectif. Dernier conseil, ne cherchez pas à garder forcément l'équilibre à l'impact. Le fait de partir en arrière est naturel et vous évitera la gratte....

8         Comment bien frapper une balle en descente

Olivier Raynal

Un coup en descente est un des coups les plus difficiles à exécuter. Comme pour une balle en montée, le positionnement du corps est primordial. Il faut bien prendre soin de placer les épaules parallèles à la pente, ce qui place l'axe du corps (et donc le poids) sur la jambe avant. Cette position aura tendance à fermer la face du club et, en fonction du degré de déclivité, la balle sera donc plus basse. Attention d'en tenir compte lors du choix du club.

Comme l'axe du corps se trouve sur la jambe avant (jambe gauche pour les droitiers), le backswing et la rotation des épaules seront plus «courts», ce qui aura pour conséquence de «couper» la balle, et donc lui donner un effet slicé. Il est donc nécessaire de s'aligner plus vers la gauche de la cible (pour les droitiers) que vous souhaitez atteindre.

Dernier point important, après l'impact, acceptez de «partir en avant», dans le sens de la pente. Trop souvent, les amateurs restent en arrière pour ne pas perdre l'équilibre, ce qui change le parallélisme des épaules par rapport à la pente, avec pour conséquence un top ou une gratte... Rageant non ?

 

Publié dans Le parcours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article